Déscolarisation & apprentissages – Préparatifs #2 (Vidéo)

apprentissages autonomes en voyageDepuis quelques semaines, à quelques mois du grand départ, nous avons enclenché la vitesse supérieure dans les préparatifs nécessaires avant de lever l’ancre.

Face à la masse d’informations à rechercher, à analyser, à comprendre, voir à négocier, dans la mesure où une vie nomade à l’étranger est rarement prise en compte dans les procédures administratives françaises, il nous a semblé intéressant de partager nos démarches, ainsi que nos succès comme nos échecs, avec vous.

D’aucuns diront qu’il est possible de partir quasiment du jour au lendemain, sans prendre obligatoirement une assurance santé, sans avoir au préalable constitué une cagnotte conséquente, sans déclarer ses enfants en Instruction En Famille, et ils n’auront pas tort.

De notre côté, nous faisons le choix de baliser au mieux tout ce qui peut l’être avant de partir pour nous alléger l’esprit, partir serein (tout autant que rassurer nos proches !) et profiter jour après jour de notre aventure familiale.

Nous avons donc décidé de lancer une série de courtes vidéos pour partager nos préparatifs et nos informations concrètes et pratiques qui pourront vous aider et vous faire gagner du temps si vous êtes dans la même dynamique que nous ou réfléchissez à un prochain voyage autour du monde. 

Pour ce nouvel épisode, nous allons vous parler DESCOLARISATION et APPRENTISSAGES et vous présenter diverses options pédagogiques possibles pour instruire vos enfants en voyage  :

Nous vous souhaitons bon vent et bonne mer.

Vous souhaitez réagir à cette vidéo ? N’hésitez pas à partager également vos préparatifs sur ce sujet des apprentissages dans les commentaires.

Cet article vous a plu ? Aidez nous à faire connaître ce blog en likant et partageant avec vos amis nos publications. Par avance, nous vous disons merci !

Transcription intégrale de la vidéo

Bonjour à tous

Je suis Hélène, du blog Réussir sa croisière à la voile

Pour ce deuxième épisode de notre série de vidéos « Comment partir serein en voyage autour du monde ? », je vais vous parler Déscolarisation et Apprentissages.

Après les questions de santé, c’est en effet un sujet qui revient très souvent sur la table. A titre d’illustration, depuis que nous avons pris la décision de lever l’ancre pour notre aventure familiale au long cours, toute personne qui découvre notre projet s’exclame tout d’abord avec admiration et enthousiasme puis, immanquablement, nous pose la question suivante : « et pour l’école, vous allez faire comment ? » ? Je suis sûre que vous avez vous aussi déjà été confrontés à cette réaction !

Il est encore peu connu que la fréquentation d’un établissement scolaire n’est pas obligatoire en France, c’est l’instruction des enfants de 6 à 16 ans qui l’est.

Il existe donc une alternative à l’école, c’est l’Instruction En Famille qui nécessite simplement de se déclarer auprès de l’Inspection d’Académie et de la mairie de son lieu de résidence puis de se prêter au jeu des évaluations annuelles diligentées par l’Education Nationale.

Toutefois, comme souvent, cette question se complique lorsque nous décidons de partir en voyage autour du monde.

Jusqu’à un passé relativement proche, un mode de vie nomade à l’étranger permettait de bénéficier du CNED réglementé, qui permet de suivre strictement le programme scolaire mais à distance, de disposer d’un relevé de notes et d’un avis de passage dans la classe supérieure, de recevoir un certificat de scolarité.

Assez récemment, l’accès au CNED réglementé a été précisé et fortement limité. Il n’est aujourd’hui accessible que pour des enfants résidant en France et qui ne peuvent, pour des raisons bien précises (handicap, maladie, pratique sportive ou artistique de haut niveau, parents ayant une activité professionnelle itinérante), fréquenter un établissement scolaire.

A l’heure actuelle, vous l’avez compris, un voyage d’agrément au long cours n’est plus une raison valable pour demander à bénéficier du CNED réglementé.

Par ailleurs, ayez également en tête que lorsque vous quittez physiquement la France, vous sortez du territoire de compétence de votre Inspection Académique et vous n’êtes donc plus soumis aux obligations d’instruction relevant de la réglementation nationale. Cela signifie qu’en toute rigueur, vous n’êtes pas tenu non plus de vous déclarer en Instruction En Famille.

Mais du coup, vous ne rentrez dans aucune case du système pédagogique français !!!

Alors, concrètement, en partant en voyage à l’étranger, quels sont les choix qui s’offrent à vous pour instruire vos enfants ?

La première solution consiste à inscrire ces derniers à des cours par correspondance, on parle là d’une instruction formelle équivalente aux enseignements dispensés dans les établissements scolaires. Vous pouvez choisir de suivre une scolarité complète ou de ne sélectionner que les matières que vous jugerez prioritaires. De nombreux cours privés proposent des cours par correspondance, tout comme le CNED dans sa version non réglementée. S’inscrire à ces cours ne nécessitent aucune formalité préalable mais il sont, bien entendu, payants.

En fin d’année, vous n’aurez pas d’avis de passage ni de certificat de scolarité mais si les évaluations régulières ont été suffisantes, vous pourrez inscrire l’année suivante votre enfant dans le niveau supérieur sans difficulté auprès de l’organisme que vous aurez retenu pour cet enseignement à distance, si vous poursuivez votre voyage.

Il existe quelques ressources gratuites sur le net qui permettent de suivre les programmes officiels sans débourser le moindre euro. Toutefois, les matières accessibles seront en nombre limité. L’académie en ligne du CNED propose ainsi des cours de math & de français), alors que la Khan Academy est plus orientée sur les maths et les sciences.

Il est important d’avoir en tête que si le choix des cours par correspondance est vaste pour les années de primaire et de collège, il en est tout autre pour les classes du lycée et notamment lorsque votre enfant choisit une filière professionnelle. Dans ce cas là, seul le CNED non réglementé peut répondre à votre besoin la plupart du temps.

La seconde solution correspond aux apprentissages autonomes dont la philosophie repose sur l’idée que les apprentissages sont un processus naturel chez l’être humain, mais qu’ils doivent être guidés par la volonté et le plaisir, non par la contrainte ou une obligation extérieure.

Le parent n’enseigne pas à son enfant, il écoute et accompagne. C’est l’enfant qui sollicite l’adulte par son esprit curieux et ses nombreuses questions et tous les instants du quotidien deviennent ainsi des occasions pour enrichir ses connaissances. Cela peut se résumer ainsi : le parent propose, l’enfant dispose !

Les apprentissages autonomes sont particulièrement adaptés à un environnement riche, comme celui d’un voyage itinérant, au sein duquel l’enfant bénéficie régulièrement de lectures, d’outils (jeux, activités manuelles et/ou artistiques, expériences scientifiques), d’activités quotidiennes (cuisine, bricolage, ménage), de sorties culturelles, scientifiques, sportives, ainsi que de rencontres avec différentes personnes de tous âges et de toutes cultures.

Ces apprentissages informels présentent comme avantage de susciter l’intérêt de l’enfant en ayant du sens pour lui et respectent son rythme de travail et d’acquisition, sans être planifiés à l’avance.

Enfin, il existe une troisième option qui correspond dans les faits à un mix des 2 modalités que je viens de présenter. L’enfant suit globalement le programme scolaire mais sans le support d’un cours par correspondance. Vous définissez librement les supports et le rythme des apprentissages, en fonction de vos objectifs, des besoins ou des demandes de l’enfant, ce qui vous permet de vous s’adapter aux particularités de ce dernier et à son rythme de développement.

Parlons maintenant de nos propres choix. Depuis le début nous avons envie que ce voyage nous permettre de vivre l’instruction de nos enfants autrement, sans pression inutile, et d’expérimenter à cette occasion d’autres approches en nous appuyant majoritairement sur notre quotidien en croisière pour partager et échanger avec euxréveiller leur curiosité, donner du sens à ce qu’ils découvriront et les laisser progresser au rythme de leurs centres d’intérêts.

Nous avons découvert les apprentissages autonomes il y a quelques mois et leurs principes fondateurs nous ont tout particulièrement interpellé. Nous avons petit à petit conforté notre vision des choses grâce à des lectures, des rencontres, des retours d’expériences, des conférences, et notre croisière familiale à la voile et au long cours nous semble être une opportunité pleinement adaptée pour expérimenter le unscholling avec nos enfants. En effet, ce mode de vie nomade, intimement dépendant de notre environnement, est une source inépuisable de découvertes directement perceptibles et observables, donc pleinement accessibles, qu’elles soient géographiques, culturelles, historiques, naturelles, linguistiques, physiques, sans oublier leur caractère souvent insolite et étonnant, en un mot, magique !

Deux outils nous ont principalement accompagné dans notre cheminement, que je partage ici avec vous. Le premier est la bande-dessinée autobiographique « Jolis sauvages » de Lise Desportes, qui nous aide également beaucoup à rassurer au besoin notre entourage parfois effrayé par cette nouvelle façon d’appréhender les apprentissages. Le second est le blog «Plaisir d’apprendre» qui apporte des éclairages, des témoignages et des outils sur l’IEF pour nous permettre de faire nos propres choix.

Mais si nous savons désormais ce que nous aimerions mettre en place pour nos enfants, nous tenons également pleinement compte de leur avis. Ainsi, si notre fils valide sans hésitation l’option «apprentissages autonomes», notre fille se sent pour le moment plus rassurée avec des cours par correspondance et dans la mesure où elle souhaite s’orienter vers une filière pro, nous l’inscrirons donc au CNED non réglementé l’année prochaine.

Pour en revenir aux formalités, ainsi que je le soulignais tout à l’heure, en partant à l’étanger, l’Education Nationale se désintéresse purement et simplement de nous et hormis prévenir, par pure courtoisie, les établissements scolaires de nos enfants de leur départ, nous ne sommes tenus à aucune autre démarche.

C’est bien le discours qui m’a été tenu lorsque j’ai contacté notre Inspection Académique, sur les conseils d’une représentante de l’Association « Les enfants d’Abord » rencontrée lors d’une table ronde sur l’IEF organisée dans notre commune, pour voir comment conserver malgré tout un lien avec eux tout au long de notre voyage, voir nous prêter aux évaluations annuelles, par skype par exemple.

Toutefois, afin de rester en règle avec la législation française lorsque nous nous arrêterons dans les DOM-TOM notamment, nous avons tout de même décidé de nous déclarer en IEF auprès de l’IA et de notre mairie en leur envoyant à chacun un courrier en recommandé.

Dès que nous disposerons de leur accusé de réception, nous préviendrons officiellement les établissements scolaires de nos enfants (d’ores et déjà informés verbalement) et nous demanderont les certificats de radiation correspondants (appelés exeat) pour avoir notre dossier complet.

Ces démarches ne serviront peut-être à rien mais nous préférons procéder ainsi pour rester malgré tout dans un cadre et nous faciliter, peut être, notre retour en France le moment venu, notamment le passage de tests de niveau si nos enfants souhaitent reprendre une scolarité en établissement.

Cette déclaration d’IEF pourra éventuellement également nous servir si nous choisissons de faire une escale relativement longue dans un pays étranger, sous réserve que ce dernier soit ouvert à ce mode d’instruction. Ce point sera à bien vérifier le moment venu au besoin.

Voilà, j’en ai fini pour cette nouvelle vidéo sur ce sujet parfois un peu complexe de la scolarité en voyage à l’étranger. Je reviendrai prochainement vous présenter une autre thématique liée aux préparatifs d’un tel voyage.

Je vous rappelle que vous pouvez d’ores et déjà télécharger sur notre blog le guide “14 étapes pour préparer son départ en grande croisière” qui vous apportera déjà un certain nombre de réponses aux questions que vous pouvez vous poser.

Je vous dis à très bientôt – Tchao

 

 

Partager l'article :

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Télécharger gratuitement vos guides pratiques



 16 points essentiels pour réussir ma croisière à la voile


 14 étapes pour préparer son départ en grande croisière