La première de Saba – Brève de mer #15

theo-premiere-sortie-sabaC’est notre première sortie en mer à bord de Saba depuis sa mise à l’eau il y a quelques mois. Un grand jour donc. Nous sommes impatients et nerveux à la fois.

Voilà 3 ans et demi que nous avons engagé ce chantier délirant dans l’objectif de vivre ce moment présent.

Mais nous n’avons jamais eu de voilier si grand, si large. Nous n’avons pas encore vraiment son gabarit en tête et c’est donc un peu fébriles que nous enclenchons la manette des gaz pour quitter notre place de port et aller faire nos premiers ronds dans l’eau.

Bertrand est impatient, il veut envoyer sans délai toute la toile pour tester et éprouver cette nouvelle monture qu’il a construit de ses mains.

C’est donc dès l’avant port que nous hissons la grand voile mais il n’y a pas eu de répétition, nous plongeons directement dans le grand bain. Sans surprise aucune, quelques cordages s’emmêlent ou se coincent et la manœuvre prend un certain temps.

Mais la lagune est vaste. Nous avons consulté les cartes avant de sortir, tout le bassin est dragué à 3 mètres, il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Et pourtant …

Un léger choc et nous voilà arrêtés, nous sommes enlisés, notre bulbe en plomb vient de talonner le fond.

Plus de peur que de mal, un petit coup de marche arrière et nous voilà rapidement libérés. Seuls restent sur les lieux, témoins de cette première mésaventure, quelques remous vaseux.

Un brin échaudés, nous prenons cette fois le temps de franchir la dernière digue du port avant de parer Saba de ses voiles et c’est enfin parti, le vent léger s’y engouffre sans se faire prier, la carène commence à accélérer et notre sillage se met à chanter.

Saba réagit bien, nous profitons agréablement de cette première sortie, parents et enfants réunis dans le même plaisir de naviguer sur notre nouveau voilier.

Avant de rentrer, Bertrand veut s’amuser un peu et découvrir le comportement de Saba au près. D’un léger coup de barre, le voici donc qui l’oriente sans sommation nez au vent et le bateau se met à gîter brutalement.

Les enfants sont pris par surprise et leurs yeux se remplissent de frayeur. Que se passe t-il ? Faut il s’inquiéter ou au contraire s’amuser de ces sensations inattendues et, jusqu’alors, inconnues ?

Théo, cantonné dans le cockpit en l’absence des filières de sécurité, choisit son camp sans hésitation et se met à s’égosiller, en écho aux cris des goélands. Il s’accroche fermement aux hiloires et hurle comme une litanie à qui veut bien l’entendre qu’il est “trop jeune pour mourir” …

Lorsque nous changeons enfin de cap et prenons le chemin du retour, ses appréhensions s’évanouissent heureusement instantanément et nous retrouvons avec grand plaisir, et un certain soulagement, son éclatant sourire.

Cette première de Saba nous a évidemment laissé des souvenirs impérissables. Mais ce qui aurait pu devenir une journée calamiteuse s’est rapidement transformée en anecdote savoureuse, dont nous rions encore maintenant tous ensemble fréquemment.

premiere-navigation-saba-breve-de-mer-15

Brève de mer #15

Partager l'article :

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Télécharger gratuitement vos guides pratiques



 16 points essentiels pour réussir ma croisière à la voile


 14 étapes pour préparer son départ en grande croisière