Naviguer la nuit

La nuit est à la fois mystérieuse et chargée d’une certaine magie. La nuit attire, intrigue, fait parfois peur. C’est un moment à part, le temps semble ralentir sa course, les ombres nous enveloppent peu à peu, le calme et le silence s’installent.

La nuit, « tous les chats sont gris ». La perception de notre environnement, pourtant familier, se modifie. Dans le noir, plus de couleurs ni de formes. Notre vue laisse place à nos autres sens, ces derniers s’éveillent et nous prêtons attention à des sons, des odeurs parfois imperceptibles en plein jour.

Dans notre monde civilisé, les nuits sont éclairées. Mais la mer, une nouvelle fois, se distingue. Naviguer la nuit nous immerge dans l’obscurité, seules la lune et les étoiles nous accompagnent et nous guident.

Naviguer la nuit est une expérience unique et intense à vivre. Mais elle peut aussi être déroutante. Certains d’être vous l’ont déjà fait, d’autres n’ont pas encore osé franchir le pas.

Si naviguer dans le noir n’est pas plus dangereux que naviguer de jour, une telle navigation demande préparation et anticipation.

Naviguer de nuit nécessite ainsi une bonne préparation de votre route, de votre voilier, de votre équipement et bien entendu de votre équipage.

Préparez votre route

Même en croisière côtière, il peut être nécessaire de naviguer la nuit.

Comme pour toute navigation, qu’elle soit de jour ou la nuit, commencez par prendre connaissance de la météo, pour vérifier la compatibilité de votre programme avec les conditions de vent et de mer annoncées. Si les perspectives sont mauvaises, ne partez pas à tout prix, mieux vaut patienter, voire renoncer, que vous mettre en difficulté.

Par ailleurs, si les GPS et autres lecteurs de cartes et logiciels de navigation sont devenus des équipements abordables et relativement simples d’utilisation, ils ne suppriment pas la nécessité de préparer sa route en amont.

La nuit, nous ne percevons pas les distances de la même manière et il est donc indispensable de bien repérer sa route par rapport aux côtes et aux caps que vous longerez, aux axes maritimes fréquentés, aux éventuels dangers isolés, voire aux éoliennes ou plate-formes pétrolières off-shore existantes dans certains secteurs.

Repérez bien notamment les feux qui vous intéresseront sur votre parcours, au niveau des caps importants ainsi qu’une fois proche de votre destination.

Enfin, n’oubliez pas que la nuit, notre œil est sensible aux changements brutaux de luminosité et demande à chaque fois un moment d’adaptation. Il est donc utile de limiter les allers-retours entre la table à carte et le cockpit et de disposer des cartes de navigation, en version papier ou électronique, à proximité du poste de barre.

Pour l’électronique portable, pensez à avoir des piles ou des batteries de rechange pour les GPS, tablettes et smartphones, on les utilise en général plus la nuit que le jour.

Préparez votre voilier

La nuit, il importe de limiter les interventions sur le pont ou en pied de mât, pour réduire au maximum les risques de chute à la mer. Il convient donc de tout bien vérifier avant de prendre son cap.

Ne négligez pas cette étape de la préparation de votre voilier, elle augmentera votre sécurité et vous permettra de naviguer la nuit en toute sérénité.

  • Inspectez vos voiles et leurs points d’usure et de faiblesses pour anticiper une éventuelle réparation, préparez vos prises de ris,
  • Installez étai largable, trinquette sur enrouleur ou voile d’avant sur emmagasineur avant le départ afin que vos voiles soient à poste, prêtes à l’emploi,
  • Contrôlez votre moteur et ses différents niveaux, complétez au besoin,
  • Libérez le pont et le cockpit des cordages inutiles, rangez tout le matériel qui pourrait constituer un obstacle et donc un danger dans le noir,
  • Vérifiez ridoirs, manilles et autres dispositifs d’accroche,
  • Vérifiez le bon fonctionnement de vos feux de navigation, de vos instruments électroniques, et de tous vos éclairages (lampes de poche, frontale, torche …) y compris),
  • Fermez vos capots pour éviter les accidents ainsi que les entrées d’eau de mer

Préparez votre équipement

Lorsque vous naviguez la nuit, prévoyez de tout avoir accessible à portée de main dans les rangements de votre cockpit :

  • vos cartes, guides, manuels et autres aides à la navigation,
  • une paire de jumelles,
  • une lampe (torche, frontale, projecteur),
  • des habits adaptés et chauds si besoin(gants, écharpes, bonnet, polaire supplémentaire …),
  • de la nourriture à grignoter et une boisson, chaude ou froide
  • un peu de lecture, de la musique à écouter ou toute autre activité pour vous occuper pendant votre quart

Pour la sécurité de l’équipier de quart, imposez le port du harnais la nuit, même si les conditions de navigation sont très clémentes. En effet, les quarts de nuit se font régulièrement en solitaire et une chute peut passer inaperçue pendant un certain temps avant que l’alerte ne soit donnée.

Dans ces conditions, retrouver un homme à la mer est quasiment impossible.

Préparez votre équipage

Pendant une navigation de nuit, chacun doit connaître son rôle mais également être prêt à intervenir et à prêter main forte au chef de bord si nécessaire.

Pour faciliter cette dynamique collective, il est donc important que  votre équipage connaisse la route que vous envisagez de suivre, les conditions météo annoncées et l’organisation que vous souhaitez mettre en place.

Avant de partir en navigation de nuit, il est nécessaire que vous preniez le temps d’organiser un briefing général qui vous permettra de détailler les points suivants :

  • votre destination, la route envisagée et les éventuels points de vigilance à connaître sur le trajet
  • l’ordre et la durée des quarts
  • le fonctionnement des instruments de navigation, afin que tous vos équipiers maîtrisent leur utilisation
  • L’emplacement de l’équipement de sécurité, qui doit être complet et à jour
  • les lieux de rangement des équipements partagés
  • les effets personnels qu’il appartiendra à chacun de préparer avant le départ
  • les victuailles disponibles pour la nuit, tenant compte des goûts et préférences de chacun

 

Et n’oubliez pas qu’un bon chef de bord reste disponible (et souriant !) à toute heure de la nuit pour ses équipiers, en cas de doutes ou de questionnements.

Voilà, vous êtes prêts à vous lancer dans une navigation la nuit qui, sans nul doute, vous laissera le souvenir d’une aventure extraordinaire et unique, magique et mystérieuse.

 

Nous vous souhaitons bon vent et bonne mer.

Partager l'article :

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Télécharger gratuitement vos guides pratiques



 14 points essentiels pour réussir ma croisière à la voile


 14 étapes pour préparer son départ en grande croisière