Pourquoi & comment suivre un front froid en navigation ?

front froid symboleL’appellation « front froid » désigne en météorologie une masse d’air froide qui, en arrivant, chasse l’air chaud qui la précède. Il est symbolisé par une ligne bleue jalonnée de “pics” dont la pointe indique le sens de déplacement du front.

Sous nos latitudes tempérées, les fronts froids correspondent notamment aux zones de contact entre l’air polaire au nord et l’air tropical au sud mais ils peuvent aussi simplement être générés par une simple poussée d’air froid en provenance de l’Est ou du Nord, fréquentes en hiver.

L’arrivée d’un tel phénomène génère la plupart du temps un changement de temps, avec une arrivée massive de nuages et de précipitations. Il est donc important en navigation de savoir les localiser pour les anticiper et de suivre leur avancée avec précision pour pouvoir se mettre à l’abri le cas échéant.

La plupart des fronts froids qui affectent la côte Atlantique sont intimement liées aux dépressions qui touchent les régions européennes tempérées et se forment dans des zones de forts contrastes thermiques.

Ils se caractérisent par une variation brutale de nombreux paramètres :

  • Baisse de température importante
  • Changement en force et en direction du vent
  • Changement de nébulosité et passage de grains, pouvant être forts
  • Hausse de pression rapide après le passage du front

Les fronts froids les plus sévères, qualifiés d’actifs, s’accompagnent de grains importants, amenant des rafales à plus de 40 nœuds, des rotations brutales et importantes du vent et des averses intenses réduisant la visibilité à quelques dizaines de mètres.

Mais l’activité d’un front froid n’est toutefois pas obligatoirement corrélée à la force du vent au cœur de la dépression, ni au vent moyen existant avant et après le front.

Il est donc stratégique d’apprendre à suivre ces phénomènes qui se répètent inlassablement sur l’Atlantique Nord, réputé pour ses trains de dépressions hivernales qui balayent notamment les côtesEuropéennes, et qui sont toujours désagréables, voir dangereux en navigation.

Localiser les fronts froids à partir des cartes de frontologie

Traditionnellement, les fronts froids sont suivis par l’intermédiaire des cartes synoptiques ou frontologie établies par tous les organismes météorologiques nationaux tels que, pour l’Europe :

  • Météo France
  • le MetOffice en Angleterre
  • le DWD en Allemagne

front-froid-carte-frontologie

Etablie par des prévisionnistes, une seule et même carte synoptique fournit en effet de précieuses informations : elle renseigne sur la situation générale en localisant les anticyclones et les dépressions et positionne les fronts froids.

Une carte synoptique est donc un outil remarquable pour repérer avec fiabilité un front froid d’un seul coup d’oeil.

Les cartes établies par le DWD sont particulièrement complètes car elles mentionnent les principaux phénomènes météos (grains, orage, brouillard, neige …).

Il est également possible de trouver des cartes de frontologie géolocalisées qui peuvent se superposer avec d’autres données cartographiées (le vent, la pluie, …), et permettent ainsi une exploitation facilitée.

Pour débuter ou confirmer vos prévisions, vous pouvez donc télécharger ces cartes géoréférencées pour l’Atlantique et compléter vos analyses avec les divers paramètres disponibles dans Windy.

Analyser les fronts froids avec Windy

Windy met à notre disposition de multiples informations météo à différentes échéances, (généralement par pas de temps de 1h à 3h) facilement exploitables et très utiles pour localiser les fronts froids, apprécier leur activité à différentes échéances temporelles mais également vérifier en temps réel, à partir des données satellitaires & radar météo, leur intensité lorsqu’ils s’approchent de notre position.

Voyons donc quels sont ces paramètres mis à notre disposition et les analyses à réaliser pour suivre avec précision l’arrivée d’un front froid :

Les isobars

front-froid-isobarsPour commencer, le plus simple est de superposer sur les cartographies Windy les isobars, afin de visualiser rapidement la situation générale et de localiser les anticyclones / dépressions.

Il convient de se souvenir que les fronts froids sont en général associés à une dépression, ils ne sont donc jamais bien loin de ces dernières.

Dans le cas d’une dépression « jeune » en plein développement, le front froid se niche souvent dans les creux de pression (talweg), là où les isobares marquent un angle en V, ce qui est caractéristique de 2 masses d’air aux caractéristiques très différentes et donc d’un front plutôt actif.

La température de l’air

Nous l’avons vu, un front froid correspond à la frontière séparant 2 masses d’air de température différente. Les fronts froids indiqués sur les cartes synoptique correspondent à la localisation de cette zone de contact au niveau du sol.

C’est la température de l’air à 850 Hpa (soit à environ 1 500 m d’altitude) qui permet de mieux visualiser les masses d’air chaud et d’air froid ainsi que le gradient de température souvent nettement marqué au niveau du front.

front-froids-temperatureLa bande frontale est normalement de forme concave. Elle peut présenter localement une ondulation en « S » qui signale un creusement secondaire sur le front froid.

La pluie et les orages

front-froids-pluieLa couche « pluie – orage » disponible dans Windy permet également de localiser précisément un front froid puisque ce dernier se caractérise par des intempéries sur son passage.

Pour disposer d’un repère, il est possible de retenir que la largeur de la bande de précipitations associée au front froid est en général d’une quarantaine de miles.

Le vent

front-froid-vent-moyenLa rotation du vent associée à un front froid est un phénomène bien connu de la plupart des marins.

Mais ce dernier ne s’observe qu’en présence d’une dépression jeune ou en début de maturité.

Dans ce cas de figure, la bascule s’opère du SW au WNW, qui est le sens de passage du front, comme l’illustre l’exemple ci-contre.

Au cours du vieillissement de la dépression, le front froid se déconnecte de la rotation du vent. Une faible bascule s’observe au passage du front froid puis une autre bascule s’installe progressivement, à l’arrière du front, repérable sur les cartes ou par les champs de vent comme les talweg.

Cette rotation limitée du vent ne signifie par contre pas que le front froid n’est pas actif.

vent rafaleLe vent rafale

Puisque l’une des caractéristiques principales du passage d’un front froid est la présence de grains et de rafales de vent, le paramètre « vent rafale » ou « windgust » des modèles numériques doit absolument être analysé et pris en compte si votre navigation traverse un front.

En effet, ce paramètre fournit une évaluation crédible des rafales probables au passage du front. Par contre, les rafales dues aux effets côtiers ne seront que partiellement prises en compte, en lien avec la finesse du modèle de fichiers GRIB utilisé (pour apprécier cette dernière, vous pouvez vous référer à l’article « Fichiers GRIB : quelle confiance accorder aux mailles fines en navigation côtière

Dans l’exemple ci-dessous, un zoom dans la partie sud du front montre un vent moyen autour de 18N et des conditions générales relativement calmes, alors que les valeurs du vent rafale au passage du front s’élèvent jusqu’à 37N.

zoom vent

Les rafales possibles au passage d’un front froid ainsi que la rotation du vent doivent donc être anticipées par sécurité puisque toute l’information météo nécessaire pour le faire est parfaitement disponible !

Compléter l’analyse d’un front froid grâce aux images satellitaires

Les fronts froids s’affichent de manière spectaculaire sur les images satellites, qui apportent notamment des informations complémentaires relatives à leur l’activité.

Car l’activité d’un front est liée au contraste thermique existant entre les masses d’air situées de part et d’autre du front, qui conduit à une extension plus ou moins verticale des cumulus et cumulonimbus, nuages générateurs des grains et parfaitement visible sur les images satellites.

Les nuages présents au niveau de la surface frontale entre les 2 masses d’air, souvent associés à des grains actifs, sont remarquables sur les images satellites, tant dans le domaine visible que dans le domaine infrarouge voire même infrarouge colorisé car ils sont généralement de belle taille (donc repérables dans le visible) et présentent une forte extension verticale (repérable en infrarouge). Vous pouvez vous référer à l’article Le b-a-ba à connaître pour bien débuter avec les images satellites météo pour l’interprétation des images satellites.

L’aspect boursouflé d’un front froid est lui aussi un indice d’activité notable. Les tâches circulaires très blanches correspondent aux enclumes des cumulonimbus, nuages à forte extension verticale qui peuvent présenter un fort risque orageux.

Si les nuages de la bande frontale sont d’un blanc éclatant dans le visible mais sont peu marqués en infrarouge coloré, les grains ne présentent pas d’extension verticale importante, et sont donc peu actifs.

front-froid-image-satellite

Les dépressions jeunes en creusement rapide présentent souvent des fronts froids actifs boursouflés au voisinage desquels les grains peuvent être très violents.

Si votre zone est couverte par un radar météo, il est donc intéressant d’associer également la couche des précipitations disponible dans Windy pour vérifier l’activité des grains.

Si un front froid s’approche de votre zone de navigation, les images satellites seront les seules à vous offrir une analyse de la situation en temps réel, et elles vous apporteront donc un complément extrêmement fiable et pertinent pour le négocier au mieux.

zoom satellite

Comme nous avons déjà eu l’occasion de vous le démontrer, l’application Windy est donc une nouvelle fois un formidable outil pour localiser et suivre, tant en position qu’en activité, l’arrivée d’un front froid, phénomène potentiellement dangereux pour tout équipage qui ne l’aurait pas anticipé et qui ne s’y serait pas préparé …

Si vous souhaitez aller plus loin en matière d’exploitation des outils météo, retrouvez notre formation Météo PRATIQUE, dont les inscriptions sont actuellement ouvertes jusqu’à mercredi.

Nous vous souhaitons bon vent et bonne mer

Partager l'article :

2 comments

  1. meteo-formation - Répondre

    Bonjour,
    merci pour l’article. c’est toujours un plaisir de vous lire.
    J’ajouterais qu’en météo, nous préférons utiliser la température TETA’W à 850 hPa et un peu plus bas en mer pour caractériser les masses d’air et non la température trop sujette aux variations.

    • Hélène & Bertrand - Répondre

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire et ce complément intéressant

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez les secrets de WINDY et exploitez le plein potentiel de cette appli météo incontournable pour bien préparer vos navigation